L’Italie me botte

Un loft lumineux dans une impasse du 18ème, deux grandes tables dressées, une cuisine deux fois plus grande que mon appartement et deux plans de travail de marbre brut. Voilà à quoi ressemble l’atelier de cuisine d’Alba Pezone.
Les 3 heures de cours débutent par une panna cotta. Trop facile ? Hepepep, confectionnez-la avec une crème fleurette de qualité, cela vaut mille fois les mauvaises crèmes gélatineuses servies dans n’importe quelle pizzeria à néon vert et rouge.

Next : initiation à la pizette frite ou comment en 10 secondes apprendre à tremper ses doigts dans la farine, étendre une pâte à pizza à la mémoire élastique et la glisser dans un bain d’huile à 180°. Premier essai non concluant : c’est une boule épaisse qui crépite dans la poêle d’huile brulante.

La bille de mozza sur le gâteau de roquette, c’est l’originalité du plat :  Minestrone de pâtes cuit comme un risotto.  L’histoire de cette recette est aussi singulière que le fumet qui s’en échappe. C’est pour se débarrasser des pâtes cassées au fond des paquets que l’on mélangeait autrefois toutes ces variétés, d’abord saisies dans l’huile chaude puis cuites au bouillon petit à petit incorporé. Les textures variées des pâtes aux différents calibres se sont mêlées à l’onctuosité d’une réduction de tomates. Che bella !

Je signe le pacte d’Alba :  réessayer chaque recette dans les 15 jours pour se les octroyer à jamais.
Apprendre à devenir le Rocco de l’Italie, c’est avec Alba Pezone

Et parce qu’elle vient de sortir un super livre de recette de pizza, inspiré de Naples bien sûr

Pizza Edition Marabout

 

Publicités