« A la goutte »

ImageAligre. Samedi matin, dimanche matin : la même difficulté à se frayer un chemin, les mêmes étals d’abondance. D’entrée de jeu, le stand de pommes-de-terre. La craie sur l’ardoise suspendue indique : 1 euro le kilo. « Quoi, c’est tout ? ».
La déambulation continue. Oranges juteuses, j’entends « un iro, un iro », 500 grammes de fraises gonflées, 3 bottes d’herbes fraîches en échange d’une pièce, une bousculade, 2 aubergines brillantes, une butée contre un caddie, 1 fenouil, un tâté de kiwi, un poulet rôti, 3 poires comices,  « Il est bon le melon, il est bon », une livre de fèves et 3 carottes.

Les bras chargés et le sentiment d’avoir fait des affaires, il est temps de parcourir le JDD en terrasse.

Marché d’Aligre, place Aligre, 75012 Paris
« A la goutte », c’est ce que clament  les vendeurs pour vous inciter à goutter leur produit. L’essayer c’est l’acheter ? Une ficelle qui fonctionne ici aussi.

Publicités